Leur encours avoisine les 850 milliards de dirhams : Accélération de 2,5% des crédits bancaires à fin août

Les crédits immobiliers enregistrent une progression de 3,1%. Leur encours s’est consolidé de 7,88 milliards de dirhams par rapport à ce qui a été réalisé une année plus tôt.

Les crédits bancaires observent un rythme soutenu. L’accélération se confirme d’un mois à l’autre. Une évolution de 2,5% des prêts accordés a été relevée à fin août alors qu’ils avaient progressé de 2,1% un mois auparavant. C’est la tendance générale ayant marqué le secteur aux huit premiers mois de l’année. D’après les statistiques révélées par Bank Al-Maghrib, l’encours global des crédits bancaires se situe autour de 847,75 milliards de dirhams, soit 20,66 milliards de dirhams supplémentaires par rapport aux prêts alloués à la même période de l’année précédente. Par objet économique, les crédits immobiliers constituent l’essentiel des encours accordés à fin août. On recense dans ce sens un montant de 263,09 milliards de dirhams. Leur rythme reste par ailleurs inchangé avec un léger ralentissement des prêts alloués à l’habitat et une accélération de ceux destinés à la promotion immobilière.

Les crédits immobiliers enregistrent, donc, une progression de 3,1%. Leur encours s’est consolidé de 7,88 milliards de dirhams par rapport à ce qui a été réalisé une année plus tôt. A cet effet, les crédits à l’habitat se chiffrent à 200,28 milliards de dirhams à fin août, en amélioration de 3%. On note, ainsi, un encours additionnel de l’ordre de 5,75 milliards de dirhams. Les crédits aux promoteurs immobiliers se sont également améliorés. La banque centrale fait ressortir dans ce sens une hausse de 1,8%, soit un encours de 59,76 milliards de dirhams. En valeur, cette progression se traduit par un additionnel de 1,03 milliard de dirhams. Bank Al-Maghrib attribue par ailleurs l’évolution du crédit bancaire au redressement des facilités de trésorerie. Elles sont passées d’une baisse de 1,9% à une hausse de 1,5% à fin août. Le huitième mois de l’année a été marqué par un ralentissement du rythme de croissance des crédits à l’équipement.

On relève dans ce sens une progression de 6,7% contre 9,4% un mois auparavant. L’encours de ces prêts a atteint les 173,40 milliards de dirhams, en amélioration en une année de 10,87 milliards de dirhams. Les crédits à la consommation ont également progressé. La hausse évaluée est de 5,5% pour un encours de 53,67 milliards de dirhams. L’encours additionnel avoisine, quant à lui, les 2,8 milliards de dirhams. Les créances en souffrance se sont affermies aux huit premiers mois de l’année. Elles sont évaluées à 66,43 milliards de dirhams, en hausse de 4,2%. En parallèle, les créances diverses sur la clientèle ont connu une rétraction sur la même période. Bank Al-Maghrib fait ressortir dans ce sens un repli de 4,8%, soit des créances de l’ordre de 118,09 milliards de dirhams. Par secteur institutionnel, la banque centrale fait savoir que les concours accordés au secteur non financier ont affiché une progression d’un mois à l’autre.

Ils ont ainsi augmenté de 3,7% après 3,5%. Une évolution qui, selon Bank Al-Maghrib, reflète une hausse de 19,5% après 17,1% des prêts accordés aux sociétés non financières publiques et de 1,1%, après 1%, des concours aux sociétés non financières privées. Les crédits aux ménages ont, pour leur part, vu leur progression se stabiliser à 3,8%.

Aujourd'hui le Maroc