Ce qu’il faut retenir des performances des sociétés cotées au premier semestre

Principale conclusion des récentes publications des sociétés cotées à la bourse de Casablanca : une timide hausse du chiffre d’affaires agrégé. Une dynamique liée à trois secteurs : le pétrole et le gaz, les équipements électroniques et les services de transport. Malgré une baisse de 3,9%, la capacité bénéficiaire reste elle dominée par les banques et les télécoms.

Bilan mitigé pour les entreprises cotées à la bourse de Casablanca. Malgré une modeste hausse du chiffre d’affaires agrégé de 1,5 %, le résultat net part du groupe s’est replié de 3,9 %. Trois secteurs ont surperformé le marché : celui du pétrole et du gaz, des équipements électroniques et des services de transport. C’est ce que révèle un récent rapport intitulé « Results Review » publié par Upline Research, un spécialiste de l’analyse boursière. Cette enquête étudie les performances par secteur au titre du premier semestre 2018.

Hausse du chiffre d’affaires, mais baisse du résultat net

Selon le document, « cette progression modeste du chiffre d’affaires global de la cote cache néanmoins une atomicité de la croissance des revenus » puisque cette croissance est bien répartie par entreprise et par secteur d’activité. Ainsi, 60,6 % des 71 sociétés ayant publié leurs résultats affichent des réalisations commerciales en amélioration et 16 secteurs sur les 22 que compte la place boursière casablancaise ont évolué favorablement.

Sur ces 22, trois secteurs ont connu une évolution importante. Il s’agit des secteurs du « Pétrole & Gaz » (+13,6 % à 7 823,8 millions de dirhams), des « Equipements Électroniques » (+12,7 % à 854,6 millions de dirhams) et des « Services de Transport » (+9,2 % à 1 390,6 millions de dirhams).

Source : RESULTS REVIEW – Upline Research

Concernant le secteur « Pétrole & Gaz », son résultat est notamment dû à la performance réalisée par Total Maroc. Le distributeur de carburants a vu son chiffre d’affaires évoluer de 20,5 % pour atteindre les 5,7 milliards de dirhams. Nexans Maroc, étant l’unique entreprise du secteur « Equipements Électroniques », a vu son chiffre d’affaires évoluer de 12,7 % à 854,6 millions de dirhams.

Même dynamique pour le secteur « Services de Transport » qui ne compte que la valeur Marsa Maroc. L’ancienne ODEP a connu une évolution de son chiffre d’affaires de 9,2 % et un accroissement de 25,7 % de son RNPG à 325 MDhs. Une évolution positive notamment réalisée grâce à la tendance de plus en plus importante à la conteneurisation du trafic maritime, un segment à forte valeur ajoutée.

Le secteur bancaire a aussi connu une évolution satisfaisante, avec une amélioration de 3,4 % de son PNB à 30 milliards de dirhams. Cette évolution vient essentiellement du « Core banking business », soit le cœur de métier des banques qui est la distribution de crédit.

Les deux secteurs qui ont connu les baisses les plus importantes en termes de chiffre d’affaires sont l’immobilier (-12,9 %) et l’agroalimentaire. Pour ce denier cas, cette régression s’explique notamment par les perfomances de Centrale Danone (-18,8 %).

Capacité bénéficiaire : banques et télécoms en tête

Malgré une baisse de 3,9 % de la capacité bénéficiaire (génération de revenus par rapport au capital financier investi), parmi les sociétés cotées deux secteurs ont pu tirer leur épingle du jeu : les télécoms et les banques. Maroc Telecom a ainsi connu un accroissement de 8,7 % de son RNPG à 3 milliards de dirhams – une augmentation en lien avec le raffermissement du résultat net des activités au Maroc. La performance du secteur bancaire et à, globalement, attribuer à l’actif des efforts consentis par les banques en termes de gestion des risques, notamment pour la BCP et le CIH, ainsi qu’au renforcement des activités bancaires en Afrique subsaharienne.

Source : RESULTS REVIEW – Upline Research