GROUPE PALMERAIE DÉVELOPPEMENT FRAGMENTE SON OFFRE LUXE

Le développeur lance une nouvelle marque grâce à laquelle il compte séduire une clientèle intermédiaire, avec un standing à partir de 2,1 MDH. Cinq nouveaux projets viennent consolider une «maturité avancée» sur le reste du segment.

Si plusieurs analystes estiment que le marché du luxe ne connaît pas la crise, les professionnels ressentent une certaine saturation. «On peut affirmer que l’offre de haut standing entre 7 et 10 MDH est saturée. L’idéal est de cibler, désormais, la niche non satisfaite des CSP A avec un produit de haut standing à partir de 2,1 MDH», reconnaît Mohamed Ben Ouda, DG du Groupe Palmeraie Développement, mardi 19 juin à Casablanca, lors de la présentation de la nouvelle marque du groupe, spécialisée dans le «haut de gamme accessible».

En effet, après l’accélération connue lors des années 2000, on constate un ralentissement du secteur dans son ensemble depuis un peu plus de cinq ans. Ce repli est principalement dû à un marché intérieur saturé ainsi qu’à une croissance plutôt atone. La dynamique d’implantation observée aujourd’hui n’est que le résultat d’un long cycle de développement engagé plusieurs années auparavant par les groupes internationaux. Mais le management de Palmeraie Développement estime que la diversification, l’innovation et la flexibilité (avec notamment des produits sur mesure), permettront de surmonter cette contrainte. Cinq nouveaux projets sont sur les rails et devraient être bouclés d’ici la fin de l’année: la Colline de l’Océan, des triplex et des duplex à Dar Bouazza, les villas Jardins de la Palmeraie, les Jardins de l’Atlas et la Falaise de Ghandouri à Tanger.

Selon le groupe, «chaque projet est porteur d’un véritable art de vivre combinant espaces verts, commodités et prestations architecturales haut de gamme avec une diversification à la fois pour la résidence principale et secondaire». Pour pouvoir adapter sa gamme de prix à ce segment de marché, le développeur va travailler sur les charges de structure pour maintenir un niveau de marge convenable. Pour Ben Ouda, le lancement de ce vaste programme d’investissements donne de la visibilité aux fournisseurs et permet ainsi de négocier de meilleurs coûts de construction, et donc de limiter l’impact sur les marges des prix relativement compétitifs annoncés. Les projets du groupe dans le haut de gamme sont arrivés à «une maturité avancée», selon son DG.

À titre d’exemple, concernant California Golf Ressort, quelque 529 villas et 422 appartements de haut standing ont été commercialisés à 90% et leur livraison sera finalisée en 2019. De manière générale, la moyenne atteint 80% de commercialisation ou d’achèvement sur les projets haut standing du groupe. Selon plusieurs praticiens, le ralentissement du secteur du luxe dans l’immobilier est notamment dû aux habitudes d’achat et aux comportements des consommateurs aisés. En effet, dans l’acte d’achat d’un produit de luxe, ce n’est pas le produit en lui-même, mais toute l’expérience offerte par la marque qui est source de gratification pour le consommateur. «L’avenir du luxe passe par sa démocratisation. C’est en capitalisant sur trente ans d’existence dans les métiers du haut standing et en cherchant une meilleure adéquation entre l’offre et la demande que le Groupe Palmeraie Développement a repensé sa stratégie pour l’immobilier de luxe avec le lancement de cette nouvelle marque Palmeraie Immobilier, qui allie une gamme de produit diversifiée, innovante à la flexibilité pour offrir à ses clients une meilleure expérience du bonheur», conclut Ben Ouda.