Près de 9.000 h du foncier public mobilisés pour soutenir le logement social

Près de 9.000 hectares du foncier public ont été mobilisés pour soutenir le logement social, lutter contre l’habitat insalubre, créer de nouveaux pôles urbains et ouvrir davantage de zones à l’urbanisme, a souligné, mardi à Rabat, le ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi-Fihri.

S’exprimant lors de la réunion de la commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, consacrée à l’évaluation de la politique de gestion par le holding Al Omrane du foncier public et au bilan de l’action du groupe en matière d’habitat social, M. Fassi Fihri a rappelé les approches renouvelées adoptées par l’État en matière de mobilisation du foncier pour réaliser les objectifs tracés et créer un équilibre entre l’offre et la demande. Le ministre s’est attardé sur les mesures d’accompagnement, dont la création du groupe Al Omrane en tant que mécanisme public capable d’exécuter les programmes gouvernementaux dans le domaine de l’habitat et l’aménagement et l’équipement du foncier public mobilisé.
Évoquant le bilan de ces actions, le ministre a fait état de la mobilisation de près de 56% du foncier public, tandis que 26% n’a pas été ouvert à l’urbanisme. Le ministre a également fait savoir que 74% du foncier exploité a été réservé au soutien des programmes sociaux, notamment le programme national «villes sans bidonvilles» et la construction de logements à bas coût (140.000 DH). Pour sa part, le président du directoire du groupe, Badr Kanouni, a relevé que, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de l’État dans le domaine de l’habitat, et à l’initiative du ministère de l’Aménagement du territoire et du ministère de l’Économie et des finances, des commissions locales ont répertorié des fonciers publics à exploiter dans toutes les régions.
M. Kanouni a indiqué que la mobilisation du foncier public vise à assurer le succès du programme national «Villes sans bidonvilles» et de la politique de lutte contre l’habitat insalubre et le logement anarchique.
Dans ce sens, il a rappelé que la première tranche de ces programmes, lancée en 2003, a été marquée par la mobilisation de 3.411 ha contre 1.453 ha pour la deuxième tranche (2007-2008) et 3.859 ha au titre de la troisième tranche. Pour leur part, les députés ont considéré le groupe Al Omrane comme «le bras de l’État» en matière de programmes d’habitat social et de concrétisation de la politique publique dans ce domaine, mettant en exergue les acquis et les résultats importants réalisés en la matière. Ils ont estimé que l’État aura toujours besoin de ce groupe, appelant le holding à s’impliquer dans les efforts de restauration de l’habitat menaçant ruine, ainsi que dans les domaines du logement social, de restructuration des quartiers sous-équipés et d’aménagement urbain.

LEMATIN.ma