Selon Fassi Fihri, le déficit en logements a été réduit de 2/3 en 15 ans

Les politiques successives mises en place en matière d’habitat ont contribué à réduire significativement le déficit en logements, estimé en 2002 à 1,2 million d’unités, pour atteindre près de 400.000 en 2017, a indiqué mardi à Rabat le ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fihri.

Intervenant à l’occasion d’une rencontre pour la présentation des résultats de l »Évaluation du programme de logements sociaux à 250.000 DH et du Programme de logements à faible valeur immobilière de 140.000 DH », M. Fassi Fihri a passé en revue les différentes opérations d’habitat social au niveau des différentes régions du Royaume, qui ont permis d’améliorer de façon tangible les conditions d’habitat des différentes couches sociales, notamment les ménages à revenu limité et modeste.

De même, le ministre a mis en exergue l’expérience importante accumulée par le Maroc en matière de production de logements sociaux et de lutte contre l’habitat insalubre sous toutes ses formes, rappelant à cet égard l’impact social et économique du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) sur l’économie nationale (6,3 du PIB) et ce, à la faveur du volume des investissements réalisés et des efforts déployés par l’État et par le secteur privé, pour la diversification et l’intensification de l’offre en logements.

Le ministère s’est engagé dans une politique d’évaluation de l’impact des programmes engagés par l’État sur les populations cibles et ce, après une mise à l’épreuve des deux programmes sociaux sur le marché, dans l’objectif d’améliorer et d’orienter la politique en matière de production de logements et en réponse à la demande diversifiée, a fait savoir le responsable gouvernemental, indiquant que cette rencontre sera l’occasion pour les partenaires et intervenants dans le secteur de jeter les jalons d’une nouvelle vision plus adaptée aux problématiques urbaines et sociales actuelles.

Cette étude, ajoute-t-il, traite de l’impact des programmes des logements sociaux sur l’économie nationale, l’aspect professionnel du secteur et la demande en logements, la qualification des avantages financiers et fiscaux accordées par l’état dans le cadre des projets desdits programmes, l’identification auxquels sont confrontés certains projets au cours de leur réalisation et la proposition des mesures de correction pour un meilleur recadrage de ces programmes. Selon l’étude, quelque 579.122 unités de logements été mis en chantier depuis 2010 dans le cadre du Programme des logements sociaux à 250.000 DH, dont 366.462 unités sont achevées et 212.660 unités sont en cours de réalisation, pour une offre annuelle moyenne de 46.000 logements sociaux.

Environ 92pc des programmes de logement social sont réalisés par des promoteurs privés, tandis que 70pc des logements achevés sont concentrés dans les régions de Casablanca-Settat, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Rabat-Salé-Kénitra, selon le document, qui note que 27.700 emplois ont été créés entre 2010 et 2017.

Dans le cadre programme de logements à faible valeur immobilière de 140.000 DH, plus de 38.387 unités de logements sont mises en chantiers depuis 2008, dont 28.549 unités ont été achevées et 9.838 sont en cours de réalisation, soit une offre annuelle moyenne de 2.860.

Près de 72pc des logements achevés sont construits par des promoteurs publics, alors que 91pc de ces logements se situent dans les régions de Fès-Meknès, Souss-Massa, Casablanca-Settat, Marrakech-Safi et l’Oriental.

Ont été présents à cette rencontre, les représentants des départements ministériels, des organismes et des établissements publics, des institutions bancaires, des associations et fédérations professionnelles concernées, ainsi que des responsables du ministère.

LNT avec MAP