Immobilier Alliances se fait belle pour une nouvelle augmentation de capital

De nouveaux paramétrages en cours chez Alliances pour optimiser ses performances. Le groupe immobilier qui a réussi à réduire drastiquement son endettement après un long et complexe, processus entend procéder à un reprofilage de la dette restante. Selon Ahmed Ammor, directeur général de la société qui s’exprimait lors de la présentation des résultats annuels le 3 avril à Casablanca, les 1,9 milliard de dirhams de dette qui restent seront rééchelonnés sur 10 ans.

D’ailleurs, cette opération a fait l’objet de deux protocoles d’accord avec les détenteurs. Le rééchelonnement de la dette permettra ainsi au groupe de procéder à une augmentation de capital à laquelle l’actionnaire de référence participera à hauteur de 300 millions de dirhams. «Le reprofilage de la dette qui reste est nécessaire pour assurer la réussite de cette augmentation de capital projetée. Il faut que la société se présente au marché de la dette avec une bonne santé financière», souligne Ammor. Le plan stratégique de restructuration a permis au groupe d’assainir sa situation financière. Son endettement net global ne devrait peser que 2 milliards de dirhams vers la fin de cette année après extinction de la quasi-totalité de sa dette bancaire. «La réussite affirmée de ce plan permettra au groupe de mieux appréhender l’avenir en se basant sur une nouvelle vision opérationnelle de développement à la fois ambitieuse et maitrisée», détaille le DG.

La nouvelle stratégie opérationnelle du groupe repose sur plusieurs axes.

Concrètement, dans l’habitat social et le moyen standing, Alliances entend consolider sa position avec une optimisation des coûts et des cycles de développement. Il s’agit également de renforcer le dispositif d’encaissement et proposer une offre en adéquation avec la demande. Dans le haut standing, le groupe compte diversifier les projets à l’échelle nationale et valoriser sa réserve foncière en adaptant les consistances des projets par l’instauration d’une diversification de produits (lotissements et résidentiels) et en mettant en place un phasage des projets.

Le tout assorti d’une révision des critères de sélection des opportunités de développement en se concentrant sur les projets de taille maitrisable et en recourant aux fonds propres. Le groupe a engrangé, en 2017, un chiffre d’affaires en baisse de 15% à 3,016 milliards de dirhams. Motif, un glissement de l’opération de titrisation d’un montant de 1,1 milliard de dirhams au premier trimestre 2018 et qui aurait toutefois porté le chiffre d’affaires de 2017 dans les prévisions 2018. Dans ce tableau, le résultat net et le RNPG affichent une hausse de 41 et 21% (à 251 millions et 174 millions de DH). Ils sont ainsi au-dessus des prévisions du groupe.