Ernest&Young et KPMG émettent une remarque sur des dations de 5,5 milliards de dirhams pour BMCE

Dans l’attestation accompagnant les résultats 2017 du groupe bancaire, les commissaires aux comptes ont pointé du doigt l’énorme stock d’actifs immobiliers inscrit dans le bilan et acquis par voie de dations. Un stock d’un montant de 5,5 milliards de dirhams qu’ils n’ont pas été en mesure de valoriser.

Sur l’attestation des commissaires aux comptes (CAC) Ernest&Young et KPMG datée du 30 mars 2018 et concernant l’examen de la situation provisoire des comptes de BMCE Bank Of Africa au 31 décembre 2017, un petit paragraphe a été dédié aux actifs immobiliers acquis par la banque par voie de dations. Ces derniers ont atteint un montant global de 5,5 milliards de dirhams.

Les commissaires disent ne pas “être en mesure de se prononcer sur la valeur actuelle de ces actifs immobiliers à fin 2017”. En cause : “les risques inhérents à ces actifs immobiliers, et notamment les incertitudes liées à leurs valeurs de réalisation et à leurs délais d’écoulement”, précisent-ils.

L’effet Alliances

Selon nos informations, il s’agirait surtout de terrains dont une grande partie provient du promoteur immobilier Alliances Développement confronté ces dernières années à des problèmes liés à l’endettement.

Ces actifs se situeraient, selon nos sources, dans les régions qui connaissent une forte dépréciation des actifs immobiliers: Marrakech et certaines villes du nord notamment.

Une provision de 500 millions de dirhams ?
Pour résoudre ce problème, la banque d’Othman Benjelloun devrait passer dans ses comptes une provision pour couvrir l’éventuelle dépréciation de ces actifs. Les plus pessimistes l’estiment à 500 millions de dirhams à lisser sur au moins cinq ans, soit tout de même le quart du résultat net part du groupe dégagé par BMCE Bank à fin 2017 (2 milliards de dirhams) et plus du tiers du résultat net social de la banque (près de 1,5 milliard).

telquel.ma