BTP : La guerre des salons reprend

Notre secteur a ses propres salons qui sont une véritable vitrine des acteurs marocains du secteur. En tant que professionnels nous nous battons chaque jour pour le développement de l’économie nationale et nous nous alignons parfaitement au plan d’émergence industrielle».

Les associations professionnelles du secteur du bâtiment ont dénoncé récemment dans un communiqué la tenue au courant du mois d’avril d’un Salon BTP. Neuf associations du secteur dont la Fédération des industries des matériaux de construction (FMC), la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (FNBTP), la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) et le GIAC-BTP (Groupement interprofessionnel d’aide au conseil – Bâtiment et Travaux) pointent du doigt ce qu’ils appellent «l’invasion d’organisateurs étrangers». Ils expliquent «qu’une fois encore, un organisme étranger opérant dans l’organisation de salons vient concurrencer nos manifestations nationales sans réelle valeur ajoutée».

Dans cette lignée, David Toledano, président de la FMC, souligne : «Un salon c’est la vitrine de ce qui se fait dans un pays et lorsque nous organisons ce type de manifestation, on le fait pour encourager la production nationale. Notre secteur a ses propres salons qui sont une véritable vitrine des acteurs marocains du secteur. En tant que professionnels nous nous battons chaque jour pour le développement de l’économie nationale et nous nous alignons parfaitement au plan d’émergence industrielle». Et de poursuivre : «Le secteur a déjà suffisamment de problèmes». Dans cette guerre, les organisations professionnelles estiment qu’au «moment où nous mettons tout en œuvre pour le déploiement et la réussite des programmes nationaux de promotion des produits et des opérateurs marocains, au moment où nous luttons contre une morosité qui touche tout le secteur, alors que nous avons besoin de clients et de débouchés, l’organisme en question revient faire la promotion de fournisseurs et de produits étrangers».

Enfin, ils pointent également du doigt «les quelques soutiens» obtenus pour la tenue de cet événement.

aujourdhui.ma