LE FONCIER DE L’ETAT N’ENTRAVE PLUS L’INVESTISSEMENT

Depuis 2002, pas moins de 7.000 ha de foncier sont mobilisés chaque année. L’énergie, l’habitat, le tourisme et l’industrie sont les principaux secteurs concernés. Les investissements projetés ciblent des emplois par milliers.

Le foncier ne constitue plus une entrave à l’investissement, du moins pour les secteurs couverts par des stratégies de développement et autres infrastructures socio-économiques. Dans son édition du 15 novembre, L’Economiste rapporte ainsi que la mobilisation du patrimoine privé de l’Etat affiche une dynamique soutenue, puisque près de 76.000 ha ont été affectés, sur la période 2002-2016, à des chantiers de mise à niveau des infrastructures et à des plans sectoriels, pour un investissement projeté de 300 milliards de dirhams et la création de 253.000 emplois. «Sur la seule année 2016, plus de 7.300 ha ont été mobilisés, portant sur 232 projets et créant 9.136 emplois, pour un investissement de 13,8 milliards de dirhams», précise le quotidien.

Ceci étant, la part des projets de plus de 200 millions de dirhams nécessitant une convention avec l’Etat ne dépasse pas 2%, alors qu’elle concentre 85% de la superficie mobilisée avec moins de 1% des emplois projetés, malgré l’importance des investissements qui représentent 63% du total. A noter que les projets concernés portent essentiellement sur les énergies renouvelables. Justement, 4 projets de conventions de 6.230 ha de superficie ont été approuvés. Ils sont assortis d’avantages fiscaux et douaniers ainsi que du bénéfice d’infrastructures extérieures, assure le journal qui donne l’exemple de la convention conclue avec la société EEM, filiale de Nareva, portant sur la réalisation d’un parc éolien sur un foncier domanial de 6.200 ha, pour un investissement de 4 milliards de DH.

L’Economiste assure que la mobilisation du foncier relevant de la gestion des Centres régionaux d’investissement (CRI) s’accapare la plus grande part, que ce soit au niveau du nombre de projets ou au niveau de la création d’emplois, pour un investissement projeté de 5 milliards de dirhams. Ainsi, sont prévus 227 projets pour une superficie de 1.075 ha (15% de la superficie concédée) et 8.870 emplois à terme (97% des postes prévus à travers la mobilisation du foncier privé de l’Etat).

Au cours des 6 premiers mois de l’année, annonce L’Economiste, le foncier mobilisé au profit de l’investissement s’est élevé à 421 ha, avec des objectifs de création de 4.650 emplois et moyennant un investissement de 4 milliards de dirhmas, pour la mise en place de 158 projets.